ABC de la méditation

À un point dans votre vie, vous êtes-vous dit que vous aimeriez être plus calme? Être plus zen et patiente ? Vous êtes-vous demandé si la méditation pouvait être une bonne pratique pour vous ? Qu’est-ce qui a fait que vous ne vous y êtes pas mise ?

Plusieurs recherches sur le cerveau démontrent qu’aussi peu que 12 minutes de méditation par jour, peut produire des changements notables sur le cerveau, diminuer de façon importante l’anxiété, améliorer le système immunitaire et améliorer également le bien-être en général.

Plusieurs mentionneront trouver que ça à l’air compliqué, que ça prend du matériel (coussins, couverture, mâlas) ou que c’est trop long.

Pour contrer vos objections, je vous dirais que c’est aussi simple que A-B-C, oui, oui, je vous le dit !

A=Assis

Pour vous asseoir, vous avez deux options : sur une chaise, le dos droit, les pieds à plats sur le sol et les mains face vers les cuisses ou placées dans un mudra de votre choix (mudra est un terme sanskrit qui désigne une position codifiée et symbolique des mains d’une personne).

Deuxième option, vous pouvez vous asseoir sur le sol, les jambes repliées, le dos droit encore une fois, dans une posture noble et détendue, pour permettre à votre respiration d’être fluide, aisée.  Pour faire cela le plus simple possible, vous pouvez vous asseoir directement sur le sol, ou, pour plus de confort, prendre un coussin ou un oreiller.

Pour celles qui s’objecteraient face à l’inconfort que cette position peut apporter, je vous dirais qu’un inconfort léger peut nous amener à se concentrer sur le moment présent.  Ici et maintenant, je sens une tension dans le dos.  Ici et maintenant, je sens la dureté du sol.

Toutefois, soyez tout à fait à l’aise de faire votre méditation couchée sur le dos, si cette position vous permet d’être confortable, de vous concentrer sur votre respiration et de profiter du moment.  Idéalement, éviter de prendre une position dans laquelle vous tomberiez endormie, car vous seriez détendue certes, mais vous passeriez à côté de votre présence active.

B=Bienveillance

La bienveillance soit  »la disposition affective d’une volonté qui vise le bien et le bonheur d’autrui  » est une partie importante de votre séance de méditation.  Soyez bienveillantes avec vous-même.  Ayez la volonté, l’intention, de vous faire du bien.  Prenez ce moment pour vous.

Soyez bienveillantes également envers votre esprit. J’aime bien l’expression anglaise de « monkey mind » , pour décrire ce qui se passe bien souvent lors de notre pratique méditative.  Vous savez, votre esprit qui saute d’une pensée à l’autre, d’une note à soi-même à une autre, d’une tâche à faire à un devoir à accomplir, tel un singe sautant de branche en branche, de manière désordonnée.  Une façon simple de prendre conscience de ce phénomène est de catégoriser ces pensées ou émotions.

Enfin, soyez bienveillantes envers votre corps, envers ces douleurs passagères que vous pouvez ressentir durant votre méditation.  Votre corps n’est fort probablement pas habitué à cette immobilité, à ce temps de repos. Pourquoi ne pas glisser un petit sourire sur vos lèvres, un sourire à la Joconde, et prendre le temps de compter vos respirations, jusqu’à 10 puis… recommencer 🙂

C=Conscience

Un blogue sur la Pleine Conscience ne peut laisser passer cette opportunité de vous ramener à votre présence. Une méditation en pleine conscience débute pas l’acceptation de sa Présence.  Accepter d’être ici et maintenant, dans le moment présent.  Oui, votre esprit va partir dans toutes les directions, et c’est de simplement prendre conscience qu’il est parti et le ramener gentiment.  Pour ma part, un seul mot me suffit : reviens.  Avec ce mot, je demande tranquillement, et avec bienveillance, à mon esprit de revenir ici et maintenant. De revenir à mon souffle, à mon ventre qui se gonfle et se dégonfle, tel un ballon que je rempli d’air et laisse ensuite se vider, doucement.

En prime:  C, pour la Constance

Une méditation peut être aussi courte qu’une minute. Une minute pour se concentrer sur sa respiration, pour se connecter à son environnement, pour faire un statut de ce qui se passe autour de nous et en nous.

Comment devenir meilleur à porter notre attention sur le moment présent, à être ici et maintenant ? Par une pratique constante.  Comme dans toute discipline, activité ou passe-temps, la constance est la clé pour s’améliorer et pour bénéficier au maximum de l’exercice.

Il faut trouver le meilleur moment, pour vous, qui vous permet de prendre ce temps.  Pour ma part, le soir, avant de me rendre au lit, je m’installe dans mon coin de méditation.   Des spécialistes ont trouvé que pour que le changement devienne une habitude, il faut le faire durant 66 jours. Pourquoi ne pas commencer par se fixer un petit objectif, de 1 à 5 minutes par jour, pour se faire du bien ?

Et vous, que sera votre objectif ?

 

 

Laisser un commentaire