Lettre à mon ami

Je pense à toi mon ami.  À toi qui as perdu un être cher, qui crois que tout est fini.  Dans ces derniers moments et dans les jours qui ont suivis, tu t’es retrouvé dans un tourbillon de détails à gérer.  Ton esprit était occupé, sollicité. Ta tête a pris le dessus.

Maintenant, tu ne vois plus que l’arbre seul au centre de la forêt. L’arbre qui demeurera immobile à jamais.  Qui vous a tant appris à tes frères, sœurs, à toi aussi.  Ton focus est probablement sur la peine que tu ressens, ou sur le vide, sur l’absence.

Par contre, si tu agrandis ton horizon, un peu pour commencer, tu pourras prendre en compte les arbres en santé de chaque côté.  Tu pourras apercevoir le nid d’un oiseau, avec ses œufs bien blottis les uns contre les autres. Tu verras le sol, recouvert de brindilles, d’herbes vertes ou encore une jonchée  de roches entourées de mousse.  Tu noteras alors le mouvement du vent dans les branches, les feuilles qui s’agitent dans cette brise.   Tu sentiras également le soleil qui te réchauffe, qui caresse ton visage de ses rayons.

Je t’invite à faire de même avec ta peine. Accepte-la, vois la pour ce qu’elle est : une grande émotion, une force qui t’englouti.  Mais n’oubli pas ceci : tu n’es pas cette émotion et cette peine ne te définit pas. Vis ton deuil en ouvrant ton esprit, en élargissant  ton horizon.

Se concentrer sur une goutte de douleur sera intense, mais cette même goutte, seule dans l’océan, ne t’empêchera pas d’avancer.

Ainsi, accepte ta douleur, respire dans la peine que te procure cette perte et le processus de deuil pourra s’entamer. Qu’est-ce que le deuil, sinon d’accepter, ici et maintenant, la situation telle qu’elle est.  Il ne s’agit pas d’oublier, il ne s’agit pas de ne plus ressentir.  Il s’agit plutôt de remettre en perspective, avec compassion, ce que nous vivons.

Avec tout mon amour, je te souhaite d’être serein.

* Crédit photo : Stéphan Girard

One comment

Laisser un commentaire